Réception de Mme Agnès Pannier-Runacher, Ministre de l’Industrie.

12/04/2022

Débat dans l'espace Kiasma

Réception de Mme Agnès Pannier-Runacher, Ministre de l’Industrie.

Jeudi 31 mars, en partenariat avec la CCI de l’Hérault, et grâce à l’entremise du Député Philippe Huppé, nous recevions Madame Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie. Au-delà des étiquettes politiques, l’objectif de ce débat fut d’échanger autour des grands enjeux économiques territoriaux dans le contexte du plan de résilience.

Lors d’un moment convivial, Madame la Ministre nous a fait l’honneur de répondre aux questions de quatre grands entrepreneurs de la région :

  • Florence Lambert-Hognon, CEO chez Genvia, une entreprise développant des technologies autour de l’hydrogène décarboné, basée à Béziers.
  • Bertin Nahum, co-fondateur et CEO de Quantum Surgical, une entreprise de biotechnologie dans le traitement micro-invasif du cancer, basée à Montpellier.
  • Mathieu Dossat, vice-président de la CCI de l’Hérault, Président de ITS Fusion, un réseau industriel majeur en Occitanie, et Président de DELTA automatisme, une entreprise de génie électrique et d’industrie du futur, basée à Béziers.
  • Philippe Domy, Directeur général honoraire du CHU de Montpellier, préfigurateur du projet MED VALLEE.
Frédéric Laforgue sur scène

Plan de résilience économique et sociale

Depuis le 16 mars, le Gouvernement a mis en place un plan de résilience afin de soutenir les ménages et les entreprises mis en difficulté à la suite de la guerre en Ukraine. L’objectif principal des mesures décidées consiste à pallier l’augmentation des prix de l’énergie et des matières premières, de même que le risque de rupture d’approvisionnement. Pour André Deljarry, Président de la CCI de l’Hérault, il faut faire preuve de pragmatisme : « Nous devons, nous, responsables des territoires, voir au-delà. Il y a le pendant, et l’après. ». Juste avant de présenter la cagnotte en soutien à l’Ukraine, mise à disposition par la CCI, et de faire un don de 2 000€.

Outre les mesures budgétaires immédiates, l’industrie française pourrait constituer une issue favorable à l’augmentation de la croissance dans les prochaines années. Cependant, certains critères sont encore à remplir pour aller dans ce sens.

L’attractivité dans les métiers de l’industrie

De nos jours, la perception de l’industrie se trouve dévalorisée, souffrant d’une vision vieillissante, coincée dans les années 70 : conditions de travail dégradées, polluant et sans avenir. Or, pour aller de l’avant et développer l’attractivité de l’Industrie, il faut changer cela. Des projets de campagne d’engagement pour le milieu industriel sont en développement, afin d’attirer de nouveaux profils et redonner cette forme de noblesse aux métiers manuels de l’industrie. De plus, il est nécessaire de développer la parité dans l’industrie, en attirant des profils féminins avec des rôles modèles.

Le développement de la formation industrielle

Aujourd’hui, nous faisons face à une tension sur les emplois de l’industrie. Les offres d’emploi sont en constante croissance depuis 2017, avec une exception évidente pour l’année 2020. La réponse à cette problématique passe par l’apprentissage, en particulier par l’investissement dans les compétences pour définir des parcours de formation en phase avec les besoins.

Madame la Ministre propose ainsi de développer des parcours d’orientation dès la 5ème, avec des possibilités applicables et réalistes. L’objectif étant de faire revenir l’industrie vers l’école et l’école vers l’industrie, ce qui serait également bénéfique pour changer le regard général sur ce secteur.

L’innovation dans le secteur industriel

Quand on pense à l’industrie, on ne pense pas forcément à l’innovation. Or dans la région, il y a plus d’une centaine de postes industriels dédiés à la production de robots français. En misant sur l’innovation, nous pouvons passer au travers de la désindustrialisation et de la délocalisation de la production de nos entreprises.

L’État souhaite par ailleurs accélérer dans l’innovation industrielle. Pour cela, une augmentation des budgets est prévue, avec 30 milliards d’euros prioritaires placés sur le plan d’innovation 2030. De plus, la baisse des impôts de production a redonné l’envie d’investir pour des entreprises qui emploient et produisent en France. Actuellement, il existe 782 projets de localisation ou relocalisation de l’industrie sur le territoire français, en s’appuyant sur l’innovation, afin d’obtenir des productions compétitives sur des secteurs à valeur ajoutée.

Débat dans l'espace Kiasma

Une dynamique régionale prometteuse

Notre belle région partage tout à fait cette volonté de développement industriel et innovateur, en témoigne la présence de nos entrepreneurs régionaux exemplaires lors du débat avec Agnès Pannier-Runacher. La réception à Castelnau-le-Lez ne fut d’ailleurs pas anodine, puisque celle-ci représente parfaitement les objectifs de compétitivité partagés ci-dessus, avec 10 000 salariés en son sein, 400 emplois créés par an et 1 000 entreprises implantées en 2021 malgré une année difficile.

Med Vallée, l’innovation made in Montpellier

Castelnau-le-Lez n’est pas la seule pépite régionale qui soit au travers de son pôle numérique. En effet, aux abords de Montpellier, Med Vallée a pour objectif de devenir un pôle d’excellence mondiale en matière d’enseignement, d’innovation, de croissance économique et de transition écologique dans le secteur de la Santé.

En Occitanie, nous possédons un potentiel de développement considérable au travers de trois filières :

  • La santé, qui représente 3 milliards de chiffre d’affaires et 7 200 emplois.
  • L’agriculture et l’agronomie, avec 1 milliard de chiffre d’affaires et plus de 1 000 emplois.
  • L’écologie, dont la filière « eau » de l’université de Montpellier est classée 2ème mondial au Classement de Shanghai.

Tout l’enjeu de Med Vallée consiste à faire communiquer ces trois filières pour fédérer les énergies et fluidifier les flux de connaissances et d’informations, afin de valoriser l’innovation entre le monde académique et l’industrie.

Une évolution sur la bonne voie

Afin de nous développer, nous avons encore de nombreuses actions à mener, mais nous sommes sur le bon chemin. Nous avons des pépites cachées, l'une des meilleures ingénieries au monde et une génération de jeunes qui ont de l’appétit pour l’entrepreneuriat.

« Ici, nous avons un gisement incroyable qui doit être accompagné par l’État, sur la formation, sur l’emploi et sur l’innovation », conclut Agnès Pannier-Runacher, Ministre de l’Industrie.

Jean-Marc Maillot Président Cercle Mozart
Madame la Ministre de l'industrie et le Cercle Mozart

Newsletter

Si vous souhaitez être tenu informé de l'actualité du Cercle Mozart, inscrivez-vous à notre Newsletter en utilisant le formulaire ci-dessous.

Retour haut de page